Edito ou billet d'actu

Bienvenue sur mon site

Bienvenue sur mon site Internet personnel. Vous y trouverez toute l'actualité de mes actions menées au niveau schaerbeekois et bruxellois. Notre pays et singulièrement la Région bruxelloise sont confrontés à des défis majeurs tant en matière socio-économique qu’environnementale et institutionnelle. Pour les relever, il faut se tourner vers l'avenir et le progrès. Par mon action comme député-Bourgmestre, mes convictions, mon honnêteté, j'ai l’ambition de relever autrement les défis : emploi, formation, logement, mobilité, environnement… Mes actions et mes propositions, vous les retrouverez en naviguant sur ce site.

 

Collaboration policière internationale: notre zone de police à la pointe du progrès!

Voici les informations que j'ai présentées à l'occasion de la conférence de presse du vendredi 14 novembre 2014:

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à l’invitation du Collège de notre zone de police, d’autant plus l’heure inhabituelle de cette conférence de presse, à la veille du weekend…

Mais je pense que vous ne regretterez pas votre déplacement ;) ! Ce n’est pas tous les jours que vous pouvez assister, aussitôt après la conférence de presse, à la mise en œuvre de mesures qui vous y sont présentées. Je vous invite en effet à suivre l’opération de contrôle « DOLLY » dans le quartier Nord, menée avec la collaboration de la police Française.

Evolution de notre environnement de travail

Cette collaboration avec la police française est l’un des aspects de la collaboration internationale menée par notre zone de police et rendue nécessaire par l’évolution de notre environnement de travail : l’ouverture des frontières, la libre circulation des personnes au sein de l’espace Shengen. Les défis qui nous préoccupent aujourd’hui sont différents et plus nombreux que par le passé et nous devons échanger et agir avec nos collègues étrangers pour y faire face.

Il est par exemple parfois difficile pour un corps de police locale, comme le nôtre, de comprendre et de cerner certains problèmes liés aux déplacements de certaines populations. Les flux migratoires clandestins en Europe, la criminalité itinérante, les trafics internationaux en tous genres, nécessitent des approches communes au sein de la Communauté européenne.

Ce sont des services spécialisés de la Police Fédérale qui sont chargés de lutter contre cette criminalité internationale mais les polices locales doivent contribuer à la lutte contre certains phénomènes et doivent pouvoir en comprendre leurs mécanismes.

Et ceci à plus forte raison pour notre zone de police, qui compte pas moins de 152 nationalités différentes sur son territoire.

Echanges de bonnes pratiques et police de proximité

Développer des échanges internationaux et des programmes de collaboration avec les services de police des autres pays européens permet non seulement l’échange de bonnes pratiques, la connaissance de certaines coutumes ou cultures, mais favorisent également la gestion policière dans le cadre de l’approche qui nous est chère : la police de proximité.

Depuis plusieurs années, les initiatives d’échanges et de collaborations internationales de notre zone de police se multiplient.

Nos policiers se sont rendus au Canada et nous avons reçu des policiers canadiens, dans le but d’échanger nos bonnes pratiques en matière de police de proximité, axée vers la résolution des problèmes de la société.

Partenariats avec les polices bulgare et roumaine

Des partenariats avec la police bulgare et avec la police roumaine ont également été développés et seront poursuivis dans les années futures. Des policiers de ces deux pays ont parcouru les artères de notre zone et sont entrés en contact avec les membres de leur communauté vivant à présent en Belgique. La connaissance de la culture propre à ces populations est importante pour la compréhension de certains comportements qui peuvent être source de malentendus.

Et c’est tout particulièrement important pour les communes de Schaerbeek et Saint-Josse qui, avec trois autres communes bruxelloises comptent la plus grande population rom sur leurs territoires, essentiellement des Bulgares turcophones et des roms venus des pays d’ex-Yougoslavie. Ces deux communes comptent également de nombreuses prostituées de nationalité roumaines.

Deux collègues roumains, reconnus comme experts en matière de lutte contre la traite des êtres humains et en police de proximité, ont donc épaulé nos services ainsi que ceux de la police de la zone de Bruxelles Ouest entre le 15 septembre et le 10 octobre derniers.

Ils ont notamment participé, en uniforme, à des actions de contrôle sur la voie publique et dans des lieux publics. De nombreuses situations relatives à la traite des êtres humains ont pu être vérifiées. Il me revient que la présence de ces officiers de police roumains a été fort appréciée dans les enquêtes concernant des prostituées de même nationalité.

En outre, ces experts ont travaillé dans les différentes gares bruxelloises, dont la gare du nord, et sur les divers marchés, ont pu rencontrer les services communaux schaerbeekois, pour un échange sur la mendicité. Ils ont également assisté à une présentation sur la question des Roms à Bruxelles. Ici aussi, nos policiers nous ont fait part de leur satisfaction et de leur souhait de réitérer ce type d’expérience.

Dans le cadre de certains dossiers judiciaires les enquêteurs de notre brigade judiciaire centralisée ont mené à bien plusieurs commissions rogatoires à l’étranger, et leur participation active aux enquêtes a été soulignée par les collègues grecs, britanniques, espagnols, danois, bulgares, roumains, dans le cadre de faits liés à la criminalité internationale itinérante.

Une nouvelle approche : la Gestion Négociée de l’Espace Public

Depuis la réforme des services de police, les principes de la « Gestion Négociée de l’Espace Public » ont remplacé les modes d’intervention de Maintien et Rétablissement de l’Ordre public. Le respect des droits des citoyens, l’accompagnement et la facilitation des grands rassemblements de personnes, sont les fils conducteurs de cette nouvelle approche basée sur le partenariat et la compréhension des préoccupations de la société en perpétuelle évolution.

Notre zone de police participera en octobre 2015 à un congrès international organisé par FRANCOPOL sur le thème de « La gestion des foules et les droits des citoyens » et animera plusieurs ateliers et débats à ce sujet, en collaboration avec les services de la police fédérale. Certains de nos officiers ont effectivement acquis en ce domaine une certaine expertise qui pourra être mise à la disposition de nos collègues des autres pays francophones.

Protocole d'accord entre les polices de la zone Nord et française 

Comment mieux illustrer cette collaboration internationale, si ce n’est en vous présentant aujourd’hui le protocole d’accord qui a été signé avec nos collègues de la police française, dans le cadre des opérations de sécurisation qui sont menées depuis 2008 dans le quartier chaud de la rue d’Aerschot. L’activité de prostitution propre à ce quartier attire effectivement une population nombreuse issue principalement du Nord de la France. Cette affluence a provoqué des troubles de l’ordre public auxquels la police a dû apporter une réponse préventive et répressive.

Confrontés à une population étrangère exubérante les policiers de terrain avaient un besoin quasi immédiat de renseignements pour mener à bien leurs actions. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une collaboration plus étroite, en sollicitant la présence dans nos quartiers de membres de la police nationale française, en uniforme et de manière bien visible. Deux premières opérations ont été menées conjointement et la présence de nos collègues a immédiatement eu un effet très dissuasif sur le comportement de certains ressortissants d’outre Quiévrain, qui avaient la fâcheuse tendance à prendre notre quartier Nord comme une sorte de zone de non-droit où tout semblait permis.

A l’aspect dissuasif de cette démarche vient s’ajouter l’aspect de la connaissance de certaines particularités de la législation française notamment en matière de roulage. La toute grosse majorité des visiteurs de ce quartier se déplace en voiture. Régulièrement nous interceptons dans ce quartier des véhicules qui ont été volés en France et dont le signalement n’est pas encore connu en Belgique.

La possession, le transport et le port de certains objets vendus librement en France et totalement interdits en Belgique, nous forcent à procéder à des saisies et à poursuivre judiciairement les personnes concernées.
Pour faciliter les poursuites, des procédures de transactionavec payement immédiat des amendes – sont utilisées, aux fins de démontrer que certains comportements ne restent pas impunis.

 

17 Novembre, 2014